Une musique sublime est bonne pour votre santé

4 février 2016 – Vous savez, ce solo de guitare incroyable qui vous cloue littéralement sur votre siège? La recherche nous apprend qu’il n’est pas que renversant; il pourrait aussi avoir des propriétés anti-inflammatoires.

Si nous savons depuis belle lurette que les émotions négatives ont des incidences négatives sur notre santé mentale et physique, la recherche commence aujourd’hui à se pencher les incidences des émotions positives sur notre santé.

Le groupe Speed Control, de Whitehorse au Yukon. Crédit photo : GBPCreative.ca
The three musicians from the band Speed Control

Une recherche menée l’an dernier a conclu que les émotions positives sont associées à des niveaux plus bas d’interleukine-6 (IL-6), une cytokine pro-inflammatoire. Qui plus est, le sentiment d’émerveillement ou de transport (« awe » dans la recherche originale en anglais) en particulier s’est avéré la meilleure variable prédictive de bas niveaux d’IL-6, même après un contrôle des autres facteurs liés à la personnalité et à la santé. « Si l’inspiration, l’émerveillement et la beauté promeuvent des niveaux de cytokines plus sains, alors on peut présumer que les activités que nous menons en vue de ressentir ces émotions – une promenade en nature, écouter de la musique, contempler une œuvre d’art – ont une incidence directe sur notre santé et notre durée de vie, » déclarait l’une des coauteures de l’étude, Dacher Keltner, psychologue à l’université de California-Berkeley. En effet, des recherches antérieures ont démontré que des niveaux élevés de cytokines étaient associés à une mauvaise santé et à des maladies telles le diabète de type 2, les maladies du coeur et la dépression.

Cette étude portait sur les émotions et il serait sans doute présomptueux d’inférer que ses constats s’appliquent aussi à la fréquentation culturelle. Néanmoins, d’autres recherches se sont penchées sur cette question et sont arrivées à des conclusions similaires. Ces études ont exploré spécifiquement les effets de l’écoute de musique sur les niveaux de cytokines. Elles ont conclu que l’écoute de musique relaxante était corrélée à une une baisse des niveaux d’interleukine-6 et ce autant chez les patients en santé que chez les patients en état critique.

Ces études sur la musique et l’interleukine-6 s’ajoutent au corpus déjà important d’études sur les effets de la musique sur les neurotransmetteurs, les hormones et les peptides. Ensemble, elles nous permettent d’entrevoir la musique en tant qu’agent de promotion de la santé et de guérison.

Cependant, une question demeure : ces bienfaits pour la santé sont-ils attribuables à la musique elle-même ou sont-ils plutôt la conséquence des sentiments positifs induits par la musique? Dans un cas ou dans l’autre la musique fait du bien alors n’attendez plus : enfilez vos écouteurs ou, mieux, allez voir un spectacle.

 

Rédigé pour CAPACOA par : Frédéric Julien

 

Actualités précédentes

Webinaire sur les arts et la santé

Six faits que vous devriez connaître (et faire connaître) en 2016