La chute de la fréquentation du cinéma est-elle source d'inquiétude?

28 février 2017 – Cineplex a connu une baisse de fréquentation de 12 % pendant le dernier trimestre de 2016. Ce déclin s'inscrit dans une période de mutation des habitudes de loisirs et de consommation des Canadiens. Le secteur du spectacle, n'y échappe pas non plus.

En entrevue avec la radio de CBC, le directeur de la recherche de CAPACOA, Frédéric Julien, soulignait que l'amateur d'art est un omnivore : la personne qui assiste régulièrement à des concerts va fort probablement aussi fréquenter les salles de cinéma. Ainsi, tout changement qui affecte une industrie risque aussi d'avoir des incidences sur les autres parties de l'écosystème des arts. C'est ce que tendent à confirmer les plus récentes données de Statistique Canada.

Selon l'enquête sur les dépenses des ménages, les Canadiens dépensent effectivement moins pour les sorties au cinéma. Cependant, ils ont davantage dépensé en 2015 pour les événements sportifs et les spectacles que lors des cinq années précédentes (c'est à dire depuis que la méthodologie de l'enquête a été révisée et que le sport et le spectacle s'en sont trouvés amalgamés). En moyenne, les ménages canadiens ont dépensé 131$ pour des événements sportifs ou des spectacles en 2015, contre 116$ en 2014 et 127$ en 2013.

Dépenses des ménages pour le divertissement à l'extérieur du foyer

Ces statistiques peuvent sembler à premier abord encourageantes pour le milieu du spectacle. Ceci dit, il convient de noter que cette croissance en dents de scie des dépenses pour le spectacle n'est pas tout à fait comparable à la croissance plus soutenue connue au début des années 2000. En outre, le creux de 2010 correspond aux suites de la crise économique et constitue un mauvais jalon. Par ailleurs, un hausse des dépenses peut être la conséquence d'une hausse des prix qui, si elle n'est pas accompagnée d'une hausse du nombre de billets vendus, peut signaler un problème d'élasticité de la demande. Enfin, si l'on adopte le point de vue de l'omnivore culturel, force est de constater que les dépenses de divertissement à l'extérieur de la maison sont en train de plafonner.

L'an dernier, CAPACOA a publié une analyse plus approfondie des dépenses de loisirs des Canadiens. Cette analyse a mis en lumière un déplacement des dépenses de loisirs au profit des dépenses de communications. Cette tendance s'est poursuivie en 2015. Même si les dépenses de loisirs étaient de nouveau à la hausse (grâce notamment à l'achat de jouets) après la baisse de 2014, les dépenses de communications poursuivaient leur progression avec un autre 4% de hausse (avec une hausse particulièrement prononcée pour les services en ligne). Au final, les dépenses de communications ont cru deux fois plus vite que celles de divertissement en cinq ans.

Ces statistiques soulèvent plusieurs questions

Le plafonnement des dépenses de divertissement est-il réellement la conséquence d'un déplacement des dépenses ou s'il ne résulte pas plutôt du fait que les Canadiens ont moins de revenu disponible qu'auparavant?

Le manque de temps pourrait-il être aussi en jeu? Après tout, le divertissement hors du foyer exige davantage de temps et de planification que le divertissement en ligne.

Quel est l'impact des activités artistiques gratuites sur ces statistiques et sur le modèle d'affaire du spectacle vivant?

S'il y a en effet une forme de compétition entre le spectacle vivant, le cinéma et les modes de divertissement en ligne, quels sont les avantages compétitifs et les obstacles de chacun en ce qui a trait à l'expérience du consommateur? Par exemple, le milieu du spectacle peut se targuer de n'avoir pas d'interruptions publicitaires, mais il ne peut pas se vanter d'offrir l'expérience de billetterie la plus fluide.

Nous tenterons de répondre à ces questions lors d'une rencontre Les arts en contexte, le 13 juin prochain. Il s'agit d'un événement gratuit, mais votre participation active sera sollicitée : au terme de la rencontre, vous aurez généré vos propres pistes de solution.

 

Lectures complémentaires

La fréquentation des arts de la scène au Québec en 2015, Observatoire de la culture

Fréquentation des arts et participation, Hill Stratégies Recherche

Comment soulever l’intérêt du public pour des oeuvres méconnues et plus audacieuses, Denis Bertrand

 

 

Actualités précédentes

Un souffle autochtone pour le 150e du Canada

Attirer le spectateur solitaire

Loisirs et culture : de bonnes et moins bonnes nouvelles selon l'Indice canadien du mieux-être